Historique

Qu’est-ce-que la maison des champs ?

Le MUSÉE ROBERT TATIN

En 1962, Robert Tatin achète, avec son épouse Lise, une petite maison ancienne au lieu dit La Frénouse sur la commune de Cossé-le-Vivien en Mayenne. Il imagine sa « Maison des Champs », une oeuvre monumentale ancrée dans la nature, qui se ferait le carrefour de toutes les civilisations à travers la création d’un langage universel, un « pont entre l’Orient et l’Occident ». Rapidement, les premières sculptures de ciment armé peint apparaissent dans ce qu’il appelle « Le Jardin des Méditations » qui constitue le cœur du musée. En 1967, le chemin communal qui mène à son espace de vie et de création se voit doté du premier des 20 « Géants » qui le bordent aujourd’hui. C’est le début de vingt et un ans de création, sculpturale, architecturale et picturale, en compagnie de Lise qui participe activement à la construction du musée. Robert Tatin décède en 1983. Depuis cette date, et hormis les campagnes de restauration qui se succèdent, cette oeuvre est restée la même…


allee_4_la_fleurLes dix-neuf statues (la vingtième « La Fleur » ayant été endommagée et retirée par Robert Tatin en 1978) qui accompagnent les visiteurs ouvrent la perspective jusqu’au coeur du musée. Ces premiers géants de ciment coloré sont des repères marquants dans la vie de Robert TATIN et nous plongent dans l’aventure humaine des premiers temps de l’Histoire, avec Vercingétorix, jusqu’aux héros légendaires dépassant les limites terrestres imaginés par Jules Verne. De nombreux artistes y sont également représentés, non seulement pour leur engagement déterminant dans l’Histoire de l’art, mais également comme les représentants de l’extraordinaire génie des hommes toujours en quête d’un idéal de perfection.


Le coeur du musée est ceint de hauts murs ornés de bas-reliefs contant des mythes et légendes fondateurs de grandes civilisations de l’Orient à l’Occident afin d’évoquer l’univers onirique, épique et symbolique qui lie tous les hommes.


dragon-3Le Dragon, passage obligé pour le visiteur, est en équilibre sur une sphère et un cube. Sa tête est coiffée d’une famille aux poses énigmatiques qui nous rappellent notre recherche éternelle de compréhension du monde et des mystères de la vie.


maisonComme la maison dans laquelle Robert TATIN a vécu durant les vingt années de construction du musée, l’oeuvre est orientée est-ouest, la Porte du Soleil au levant et la Porte de la Lune au couchant. Ces dernières encadrent un bassin central en forme de croix d’où émerge Notre-Dame-Tout-le-Monde, qui se dresse vers le ciel étoilé comme la promesse d’un cosmos à notre portée. Nous sommes dans le Jardin des Méditations. Les petits personnages sculptés autour du bassin représentent les activités humaines et les grands évènements de la nature, propres à chaque mois de l’année. Le visiteur est invité à découvrir ce patio en respectant le sens de rotation de la Terre.


dsc_0037De cet espace intérieur habité d’innombrables personnages polychromes, s’élèvent deux escaliers attirant une nouvelle fois le regard vers le ciel. Autour de l’ensemble, un déambulatoire nous conduit à découvrir les salles dans lesquelles Robert TATIN a lui-même disposé céramiques, peintures, dessins, aquarelles et écrits nous dévoilant une infime partie d’une vie consacrée à la création artistique.


Rien n’est négligé ici par l’artiste afin de permettre à chacun d’aborder l’art du XXè siècle dans une oeuvre à échelle humaine avec une vision positive et enchanteresse de la vie et de l’avenir.